VOLET 1 – LES PLAYMOBIL

Pour ce premier volet de Tête à tête en collaboration avec la FAFM, nous allons entendre les confidences de Brigitte Arondel-Parent, 65 ans et d’Anne-Claire Joffroy, 43 ans. Elles collectionnent toutes les deux des Playmobil, qui sont des figurines de plastique et leurs accessoires permettant de reconstituer des situations de vie, des villages, et des moments historiques. 

Les Playmobil se vendent partout dans le monde, par centaines de millions chaque année. C’est un jeu créé en 1972 en Allemagne, destiné aux enfants, mais les adultes comme Brigitte et Anne-Claire peuvent aussi en tirer du plaisir.

Anne-Claire, qui porte d’ailleurs le même prénom que la fille de Brigitte, a créé un village de Voyageurs en Playmobil en février dernier qu’elle a présenté sur Facebook et qui a impressionné Brigitte. Mais, dans la vie réelle, avant le Tête à tête que j’ai enregistré virtuellement avec elles en mai dernier, elles ne se connaissaient pas et ne s’étaient jamais rencontrées.

Écoutez PARTIE 1 :

Au fur et à mesure de leur tête à tête, Brigitte Arondel-Parent et Anne-Claire Joffroy se sont laissées aller à nous raconter les hauts et les bas de leur vie respective, du déménagement au Canada depuis la France et de leur adaptation à la vie ici. En France, Anne-Claire était cheffe de projets informatiques pour de grandes compagnies, mais après la naissance de sa fille Lucie, et ayant vécu un épuisement professionnel, elle a ressenti le besoin de laisser derrière elle une vie trop stressante et s’est mise à peindre, en plus de commencer à collecter les Playmobil. Écoutons-la nous parler de son récent parcours, et ensuite, Brigitte se confiera à son tour.

Écoutez PARTIE 2 :



VOLET 2 – ÉCONOMIE ET FINANCES

Martine Bordeleau a rencontré deux passionnés d’économie et de finances, Mathieu Jubinville, 24 ans et Raymond Clément, 73 ans. Dans cette 1re partie, ils nous expliquent ce qui les intéresse dans le monde des finances et pourquoi c’est important pour nous de s’y intéresser. Ils discutent aussi du système actuel d’économie qui serait à revoir pour mieux répondre aux besoins des gens. À noter que cette discussion a eu lieu début septembre, juste avant les élections fédérales et la démission de Brian Pallister.

Écoutez PARTIE 1 : 

Suite de la conversation de Raymond Clément et Mathieu Jubinville. Mathieu explique d’abord le lien entre l’économie et la politique et comment ça peut influencer la société, en particulier sur le plan de l’environnement. Raymond explique comment la finance devrait être au service de l’économie pour le bien public et non l’inverse comme c’est le cas dans le monde. Ensuite, Mathieu et Raymond rêvent à un monde qui se concentre à mettre de l’avant la qualité de vie et, dans ce temps de pandémie, à revoir nos priorités.

Écoutez PARTIE 2 : 

Raymond Clément et Mathieu Jubinville sont aussi très engagés dans la communauté francophone du Manitoba, chacun à leur façon. Dans ce dernier segment de leur conversation, ils discutent des raisons qui les motivent à faire du bénévolat dans la communauté et de partager leurs connaissances par l’entremise des médias.

Écoutez PARTIE 3 : 



VOLET 3 : CULTURE MÉTISSE

Nous allons faire connaissance avec deux femmes métisses qui, malgré leur différence d’âge, 52 ans les séparent, ont une passion en commun : le désir de faire connaître leur culture métisse.

Dolorès Gosselin est une aînée métisse, une sage qui vit aux abords de la rivière Roseau à Stuartburn dans le sud de la province, près de la frontière américaine. Elle consacre son temps libre à l’enseignement des traditions et des cultures autochtones. Dolorès a commencé récemment à enseigner un cours sur les perspectives autochtones à l’Université de Saint-Boniface. Elle a aussi publié un livre pendant la pandémie, Mes ancêtres m’ont raconté, en 3 langues : français, anglais et mitchif.

Margaret Firlotte est une jeune femme déjà accomplie dans son art du perlage métisse. Elle enseigne aussi le perlage. Vous pouvez d’ailleurs découvrir son talent sur sa page Instagram sous le nom @metismargaret. Margaret suit les traces de sa maman, Nancy Gouliquer, très impliquée dans la promotion de la culture métisse surtout avec l’Union nationale métisse Saint-Joseph.

Les voici en entrevue nous confiant leur passion commune pour la culture métisse, nous présentant les personnes qui les inspirent, comment elles utilisent l’art pour s’exprimer et ce qu’elles souhaitent pour l’avenir de la nation métisse.

Écoutez PARTIE 1 :

Écoutez PARTIE 2 :



VOLET 4 : PASSIONNÉ PAR LA NATURE

Michel Grandmaison est un papa et grand-papa de 67 ans. Il est  photographe professionnel passionné par la nature. Originaire de Sudbury en Ontario, il s’est installé au Manitoba dans les années 80, d’où il parcourt le pays à la recherche des plus beaux paysages que vous pouvez admirer dans différents livres, entre autres, aux Éditions Vidacom de Joanne Therrien, dans des calendriers et dans des revues spécialisées comme le Canadian Geographic.

 
Christian Régnier partage la même passion que Michel Grandmaison, mais dans son cas à 17 ans, il en est à ses débuts avec la photo et comme Michel Grandmaison,  il a une préférence pour croquer des images de la nature. Christian est un amateur de pêche et vous le trouverez probablement sur la rivière Rouge quand elle sera gelée pour s’adonner à la pêche sur glace.
Dans ce premier volet, Michel Grandmaison et Christian Régnier racontent comment est né leur intérêt pour la photo.

Écoutez PARTIE 1 :

Dans cette 2e partie, Michel Grandmaison nous parle de son changement de carrière, de biologiste à photographe, Christian se projette dans l’avenir et tous les deux parlent avec passion des beautés de la nature canadienne.

Écoutez PARTIE 2 :

Dans cette 3e partie, Michel Grandmaison parle de l’évolution de la photographie. Michel et Christian nous partagent aussi leurs observations sur l’environnement et l’impact des changements climatiques.

Écoutez PARTIE 3 :

Pour terminer cette entrevue, Christian et Michel parlent des pistes de solution pour sauver l’environnement.

Écoutez PARTIE 4 :



VOLET 5 : LA FAMILLE MODERNE

Deux personnes de la communauté LGBTQ2S se sont rencontrées au micro de Martine Bordeleau pour partager leurs idées sur l’amour, la famille moderne, l’évolution de la société dans sa reconnaissance des personnes non-binaires. Paul Sherwood, 62 ans et Janelle Campagne, 20 ans, avaient beaucoup à nous dire sur leur réalité.

Dans ce premier extrait, Paul et Janelle se présentent et nous expliquent comment iels voient et vivent le concept de la famille non traditionnelle du 21e siècle.

Écoutez PARTIE 1 :

Janelle Campagne et Paul Sherwood nous parlent ici de leur vécu. Comment Paul est sorti du placard dans la trentaine, les défis qu’il a rencontrés dans sa vie privée, mais aussi dans sa carrière comme enseignant. Janelle est sorti du placard deux fois, en vivant des conséquences qui auraient pu la décourager, mais qui, au contraire, en ont fait une personne plus forte.

Écoutez PARTIE 2 :

Il, elle ou iel? Le vocabulaire non-binaire pose tout un défi pour la langue française afin qu’elle devienne plus inclusive. Paul et Janelle en discutent. Iels nous parlent aussi d’amour, de sexualité, de la distinction entre les deux, surtout quand il faut en parler aux enfants.

Écoutez PARTIE 3 :

Paul Sherwood et Janelle Campagne vivent dans un contexte pluriminoritaire : une relation de couple LGBTQ2S avec un.e partenaire venant d’une autre culture, tout cela en français dans une province anglophone. Iels nous racontent les défis multiples que ça représente et comment réussir le vivre ensemble.

Écoutez PARTIE 4 :

Pour conclure ce tête-à-tête entre Janelle Campagne et Paul Sherwood, Martine leur a demandé leurs souhaits pour l’avenir de notre société et la place que devrait y tenir la communauté LGBTQ2S.

Écoutez PARTIE 5 :

Références :